Association de protection animale collégiale régie par la loi de 1901, déclarée le 06/06/2012, publiée au journal officiel le 16/06/2012 sous le n°W596004636.
Elle a pour but de venir en aide à tous les lévriers quel que soit leur pays d'origine, mais aussi tout animal en danger ; de les faire soigner, vacciner, stériliser le cas échéant, assurer leur arrivée en France, assurer leur hébergement si besoin, et les faire adopter.
Siège Social chez Evelyne Guérin, 43 rue de la Malcense, 59200 TOURCOING.

Parce que les Galgos et Podencos d'Espagne subissent dans leur pays une violence et une cruauté insupportables, l'équipe bénévole de Terre des Lévriers se bat pour faire de la France une terre d'asile pour ces êtres de douceur et d'amour. Car pour beaucoup d'entre eux, l'adoption à l'étranger constitue leur seule chance de vivre...

En Espagne, des femmes et des hommes luttent au quotidien, sans moyens et seuls contre tous pour recueillir, soigner, aider ces nobles créatures. Terre des Lévriers se doit de soutenir matériellement et moralement ces courageux bénévoles.

Sauvetage des 23 et 24 février 2013


Evelyne:

Février, mois des vacances d’hiver, une semaine de calme nous attend dans notre petit village de Finestret. Les bagages sont prêts, pour une semaine, il ne faut que quelques affaires…. Et pourtant nous partons avec un van !! Nous profiterons d’être à la frontière espagnole pour ramener un trésor ! 20 lévriers et un Dobby reviendrons avec nous.
La veille de notre retour, nous préparons les cages, les matelas douillets. Solenne et Perrine préparent également une petite surprise aux adoptantes…. Leurs petits les rencontreront avec un petit bouquet de mimosa….
Ca y est ! l’heure de quitter notre cher village a sonné, direction l’Espagne !!! 


Perrine:

La Jonquera, samedi matin, 9h.



Evelyne, son époux, ses enfants et moi-même attendons impatiemment le camion qui doit nous amenés les petits rescapés des refuges espagnols, tant attendus par leurs familles françaises et belges.

Bien à l'abri dans nos véhicules respectifs (il en fallait bien deux pour prendre en charge ces 21 loulous!), nous guettons, un peu anxieux, chaque camion qui passe... Dehors il fait un vent à décorner les bœufs et un vrai froid de canard. Pas idéal pour la mission qui nous attend.

Et soudain, les voilà ! Les portes du camion s'ouvrent sur 21 paires d'yeux interloqués, interrogateurs et pour certain très stressés ; et c'est parti, ne perdons pas de temps : un à un, les lévriers sont sortis du camion et installés dans nos véhicules. Heureusement, nous sommes nombreux, car le vent violent ne facilite pas les choses : il faut deux personnes rien que pour tenir les portes du camion, des cages de transport vides s'envolent de l'autre côté du parking !

Une heure plus tard, nous sommes tous frigorifiés mais la mission est accomplie : nos petits protégés sont tous installés dans leur cage aménagées de matelas et de plaids ; nous sommes enfin prêts à partir sur le chemin de la liberté !

Dobby
Premier arrêt, vers Narbonne :
Les adoptants nous attendent déjà et nous sommes accueillis avec de larges sourires. C'est d'abord Dobby le doberman qui nous quitte le premier. Chien catégorisé en Espagne, il n'avait aucune chance d'adoption dans son refuge. Grâce à une association spécialisée pour les Dobermans, il est pris en charge par sa famille d'accueil (que nous tenons à remercier) et s'en va vers sa nouvelle vie.

C'est ici qu'Evelyne et sa famille me quittent : un long chemin les attend jusque Tourcoing...

Je continue les adoptions. Avec le froid qu'il fait, difficile de remplir les contrats d'adoption !
C'est avec bonheur que je revois Guapa, adoptée quelques mois plus tôt sur cette même aire d'autoroute. Aujourd'hui, la famille de Guapa s'agrandit : c'est Orion qui a la chance d'être adopté par Loulou et ses enfants. Un grand merci à eux pour ces deux vies sauvées !

Orion


Dans la voiture de Marylène, Venus est déjà très à l'aise et se love, les quatre fers en l'air, contre sa fille. En voilà une qui n'a pas tardé à reconnaître sa famille !

Venus


Pas le temps de traîner malheureusement : quelques flocons commencent à tomber, il est grand temps de reprendre la route ; direction : Toulouse.

J'arrive au point de rendez-vous avec une heure de retard, les adoptants doivent être morts d'impatience ! Je fais d'abord la connaissance de Stéphanie et Maxime qui tombent amoureux au premier regard de Aida. Encore un peu inquiète, elle va vite s'habituer au confort du canapé, aux câlins et aux bisous de cette charmante famille.

Aida


C'est au tour du beau Machin de descendre de voiture. Bien dans ses baskets, rassuré et totalement confiant, il rencontre pour la première fois ses nouveaux « parents », Emilie et Nicolas, déjà sous son charme. Et il est déjà temps pour moi de repartir.

Machin


Ruby
A peine rentrée chez moi dans le Lot, les derniers adoptants arrivent pour la jeune et jolie Rubia rebaptisée Ruby qui parlera bientôt trois langues : Merrilly et Dan sont anglais et vivent en Corrèze ! Enfin au chaud et à bon port, je peux profiter de cet agréable moment partagé avec les adoptants.  Mais ma mission n'est pas tout à fait terminée : et oui, il reste encore la petite Nova, adorable podenca qui m'avait brisé le cœur lors de la visite de son refuge en janvier. J'ai l'immense plaisir de veiller sur elle pendant un mois en attendant que son adoptante Marjorie puisse venir la récupérer.

Nova et ma pod Chula

Evelyne:

Pendant ce temps, le convoi a continué sa route. L’avancée fut pénible à cause du vent et de la neige qui nous a surpris au dessus de Limoges. Grâce à Chris et Céline, nos adoptants suivent de minute en minute notre parcours, tout est sur Facebook en temps réel. Enfin, nous voyons la pancarte de Parigné l’Eveque. Nous sommes soulagés quand nous arrivons à un point de rencontre, ces voyages sont toujours des moments de stress, que tout le monde arrive à bon port…
Quel accueil chaleureux ! Pat et Angie sont là, entourées de nos adoptants qui sont de plus en plus impatients ! Il fait froid, mais bien moins qu’en Espagne !!!! Il est tard, 21h environ… Nous déchargeons très vite Canela, Lenon, Flaca, Rayito, Gargamel. Ils sont tous très inquiets. Que leur veut-on encore une fois ??? Mais leurs nouvelles familles trouvent les mots pour les rassurer, ils leur passent leur nouveau collier flambant neuf, une nouvelle vie les attend… l’heure tourne et la route nous réclame, Pichi et Gilda sont très attendus à Rouen. Des derniers au revoir, de grands signes, à bientôt tout le monde, nous nous retrouverons via le net pour le récit de vos nouvelles aventures… Un grand merci à Agnès, Nadia et son conjoint, Yolande, Françoise et Jean-Paul d’avoir accepté de faire le bonheur de nos petits protégés et merci beaucoup de nous avoir attendu avec autant de patience sur le parking dans un vent glacial.

Pichi
Rouen… minuit…humains et lévriers tombent de fatigue… Josette et sa fille, Laurent et Ophélie sont déjà sur le parking… Quelques mètres les séparent de leur nouveau compagnon. Après de brèves présentations, nous nous dépêchons d’ouvrir le van et de débarquer Pichi et Gilda. Les pauvres sont fatigués du voyage, ils se demandent ce qui se passe. Pourquoi les descend-on ? Pichi que l’on croyait craintif, se dirige avec assurance vers Laurent, tous deux se promènent un peu sur le parking. Pichi semble heureux de sortir et de se dégourdir les pattes, il est plutôt joyeux et se laisse mettre son nouveau collier. Gilda a rejoint sa nouvelle maman, timidement elle regarde vers nous « tu ne me rembarques pas, n’est ce pas ?? » semble-t-elle vouloir me dire… Mais non ma petite Gilda, tu es arrivée au presque car tu as encore de la route pour rentrer chez toi !!  
Bonne route à tous, le ch’ti continue son chemin direction Odomez où Fred et Céline nous attendent avec impatience !!


Gilda

Céline:

4h du matin, j’aperçois le ch’ti bus avec le van dans la rue. Les voila après plus de 1300 km, sans compter ces longues heures de route.
Eros, Elga, Vancouver, Chula, Angela et Célia sortent un à un pour se dégourdir les pattes.  Ravitaillement en eau et  croquettes mais qui n’ont pas grand succès. Puis nous les installons dans la véranda pour cette ultime nuit. La galga Vela et la podenca Maine devront encore attendre un peu avant de descendre du van à Tourcoing.
Elga nous fuit. Nous n’insistons pas. Elle gagnera doucement la confiance de sa famille au fil du temps. Et Célia a ce regard complètement perdu.  Elle se demande ce qu’elle fait là à nouveau, dans cette cage de transport alors qu’elle a tout fait pour faire plaisir à son adoptante et ne jamais la décevoir.

Célia


Eros
Evelyne et Nono se restaurent et boivent un bon café  pour se réchauffer et pour reprendre la dernière heure de route. Une tartiflette attend Maxence… Nous le voyons pointer le bout de son nez, se régaler et hop, repartir se coucher dans le ch’ti bus.
Célia sera installée dans un panier confortable pour cette première nuit seule et abandonnée. Elle trouve une petite place de réconfort auprès de mes lévriers Ron, Sola et Maneto en attendant de rejoindre sa famille d’accueil. La nuit sera courte…

Angela
9h45… Première sonnerie. Déjà !  Les adoptants de Belgique sont très matinaux mais surtout tellement impatients de rencontrer leurs lévriers.  Christine arrive peu après pour m’aider à faire toutes ces belles adoptions.

Vancouver
Les galgos Chula, Vancouver et Angela seront les premiers à rencontrer leur famille. Quelques larmes, des mouchoirs et beaucoup d’émotion.
Puis Célia adopte de suite sa famille d’accueil et s’assoit au côté de Thomas. Elle est si fatiguée qu’elle s’endort assise. Elle est si triste de vivre cet abandon parce qu’elle n’a pas été comprise. Elle me fait de la peine.

Puis c’est au tour d’Eros, petit bout en train genre galgo, qui fait connaissance de son adoptante.
Enfin, la podenca Elga, grande timide rencontre sa maman.
Les contrats d’adoption signés, laisses, médailles, harnais mis et colliers serrés, les adoptants repartent avec le sourire et les lévriers suivent car ils ont compris : ce long périple les mène aux portes  du bonheur et de l’amour.

Vancouver
Alors Eros, Vancouver, Chula, Angela et Elga, je vous souhaite une longue vie pleine d’amour. Merci aux adoptants.
Célia, grâce à Thomas, Emilie et leur galga  Sasha, tu panseras cette peine et retrouveras ta dignité. L’équipe Terre des Lévriers  promet de te trouver une chouette famille qui te comprendra ou plus simplement qui acceptera que tu joues tel un podenco et non une peluche.
Merci à Thomas, Emilie et Sasha d’accueillir notre Célia.

Chula
Et voici un sauvetage terminé pour Odomez, cet après-midi, les dernières adoptions se font à Tourcoing. Et maintenant je trépigne d’impatience jusqu’au suivant afin que d’autres vies soient sauvées.


Elga


Evelyne:

Après avoir déchargé le van, toute la famille s’est précipité sous la couette, nous sommes partis depuis samedi 8h du matin et nous sommes dimanche 5h du matin, presque 24h de route !! Nous sommes exténués mais heureux, tout s’est bien passé malgré les conditions climatiques. Il nous reste Maine et Vela, elles font connaissance de notre meute, qui est au nombre de 7 membres en ce moment. Amy nous prépare un bon café et thé, et à son regard interrogatif nous répondons de suite que son van va bien ! Il ne nous a pas fait le coup de la panne cette fois (en septembre nous avions crevé en partant en Espagne)!

Vela


14h, Laura et Vanessa arrivent. Mlle Vela essaie son beau manteau et joue au top modèle devant la meute qui la contemple. Que s’est-il dit ? Nous ne le saurons jamais mais Vela était très fière ! Il est vrai qu’elle est superbe dans ce beau manteau. Après quelques gros câlins, à sa nouvelle maman, l’heure de suivre sa nouvelle route a sonné, Laura a encore de la route à faire avant que Vela ne découvre sa nouvelle maison.
Chris, Amy et moi restons avec Vanessa, nous observons les talents de Maine… Outre le fait qu’elle soit espiègle, elle a une capacité élastique incroyable !! Elle nous a fait une très belle démonstration de contorsionniste…Nous avons longuement échangé sur le podenco et ses bêtises quand il est jeune, cela m’a rappelé de bons vieux mauvais souvenirs !!! L’heure avance, il se fait tard, Vanessa prend congés, elle aussi a encore de la route, elle repart sur Bruxelles… Maine va y rencontrer son nouveau copain de jeu !! A bientôt Vanessa et Maine, bonne route, nous espérons vous revoir très bientôt.

Maine


Nous nous retrouvons ainsi toutes les trois après un week-end palpitant, toujours aussi riche en émotion et en rencontre. Nous espérons vraiment tous vous revoir très vite, l’Assemblée générale sera peut-être cette occasion. A tout le moins à bientôt sur le net !

Evelyne, Christine, Céline, Perrine, Patricia
« Parce qu’ils ont besoin de NOUS, nous avons besoin de VOUS »