Association de protection animale collégiale régie par la loi de 1901, déclarée le 06/06/2012, publiée au journal officiel le 16/06/2012 sous le n°W596004636.
Elle a pour but de venir en aide à tous les lévriers quel que soit leur pays d'origine, mais aussi tout animal en danger ; de les faire soigner, vacciner, stériliser le cas échéant, assurer leur arrivée en France, assurer leur hébergement si besoin, et les faire adopter.
Siège Social chez Evelyne Guérin, 43 rue de la Malcense, 59200 TOURCOING.

Parce que les Galgos et Podencos d'Espagne subissent dans leur pays une violence et une cruauté insupportables, l'équipe bénévole de Terre des Lévriers se bat pour faire de la France une terre d'asile pour ces êtres de douceur et d'amour. Car pour beaucoup d'entre eux, l'adoption à l'étranger constitue leur seule chance de vivre...

En Espagne, des femmes et des hommes luttent au quotidien, sans moyens et seuls contre tous pour recueillir, soigner, aider ces nobles créatures. Terre des Lévriers se doit de soutenir matériellement et moralement ces courageux bénévoles.

Hommage a RAUL

Raul nous a quitté... Il laisse un grand vide dans la vie de sa famille d'adoption. Raul a su touché le coeur de tous ceux qui ont eu la chance de le connaitre, c'était un Grand bonhomme.


Nathalie, sa maman et Carmen, sa bénévole en espagne, lui rende hommage:

"A notre Raul , 
 
tu es arrivé d Espagne dans notre vie , timidement , le 26 août 2012 et quel bonheur d avoir pu faire ta connaissance , toi , Raul , un lévrier martyr parmi tant d autres mais , à nos yeux , unique , car tu étais la gentillesse et la sagesse même . 
Tu avais 9 ans , tu avais la leishmaniose , tu n avais plus de rate et le cœur fragile mais tu avais l envie de vivre et nous n oublierons jamais nos balades entre potes , nos longues promenades avec tes copines , en toute liberté , le long du canal , nos câlins , tes jeux avec Sisley , notre chat ...
 Nous pensions te gardé au près de nous quelques années , nous avons eu 16 mois ... 
Début novembre , tu as commencé à être de plus en plus fatigué et moins d entrain , ton petit cœur était très fatigué , déjà ...
Après t avoir veillé , soigné , aimé sans relâche pendant 12 jours et nuits , tu nous as quitté le 9 janvier 2014 à 00h50 entouré de ta famille , de ton vétérinaire et de tout notre amour ...
Désormais , tu es au près de nous pour toujours dans ton urne . 
Tu nous a tellement apporté , toi et ton univers des lévriers ! 
Nous ne t oublierons jamais , notre petit cœur et nous continuerons à nous battre pour toi et pour tes frères et sœurs restés en Espagne .
REPOSES EN PAIX notre si gentil Raul , tu l as bien mérité !!! 
Ta maman , ton papa et Sébastien ainsi que mémé Bulma , Fifille et ton super copain , Sisley le chat qui ton tant aimés . 
Nathalie"
"V. vient de me le dire par téléphone. Je ne peux cesser de pleurer. C'est très dur pour moi, mon Dieu. Mon cher, mon ami Raul...
J'ai fait le sacrifice de m'en séparer car je pensais, à raison, qu'il serait bien mieux là bas, avec une famille qui aurait les moyens d'en prendre soin et de l'aimer comme il le méritait. 
Je pensais que sa vie serait plus longue avec ces bienfaits.
Raul a été l'un de mes premiers 30 galgos que j'ai recueillis, pour qui j'ai ouvert ce refuge. C'était le pacificateur, le leader discret de tous. Tu ne peux pas imaginer combien il m'a aidé, les premiers jours où je ne savais pas où donner de la tête ni comment gérer tous ces squelettes ambulants qui me regardaient, apeurés, et se jetaient sur la nourriture dès que je tournais le dos. 
Je ne saurais exprimer en paroles comment il m'aidait à les maintenir calmes pendant que je les soignais, il les grondait quand ils essayaient d'échapper à mes soins, il était toujours toujours à mes côtés.
C'est dur de leur dire au revoir, la sensation de solitude qui reste est insupportable. Je me dis tout le temps que c'est ainsi, que j'ai tout fait pour lui, que ses derniers mois ont été bons... Mais il était loin de moi.
S'il te plaît F., remercie ses adoptants. je suis sûre qu'ils ont tout fait pour lui et qu'ils sont restés auprès de lui jusqu'au dernier moment. Je suis sûre qu'ils n'ont pas permis qu'il souffre un seul instant. Je suis sûre qu'ils l'ont aimé et respecté comme il le méritait.
Remercie les, s'il te plaît.
Bisous,
Carmen."