Association de protection animale collégiale régie par la loi de 1901, déclarée le 06/06/2012, publiée au journal officiel le 16/06/2012 sous le n°W596004636.
Elle a pour but de venir en aide à tous les lévriers quel que soit leur pays d'origine, mais aussi tout animal en danger ; de les faire soigner, vacciner, stériliser le cas échéant, assurer leur arrivée en France, assurer leur hébergement si besoin, et les faire adopter.
Siège Social chez Evelyne Guérin, 43 rue de la Malcense, 59200 TOURCOING.

Parce que les Galgos et Podencos d'Espagne subissent dans leur pays une violence et une cruauté insupportables, l'équipe bénévole de Terre des Lévriers se bat pour faire de la France une terre d'asile pour ces êtres de douceur et d'amour. Car pour beaucoup d'entre eux, l'adoption à l'étranger constitue leur seule chance de vivre...

En Espagne, des femmes et des hommes luttent au quotidien, sans moyens et seuls contre tous pour recueillir, soigner, aider ces nobles créatures. Terre des Lévriers se doit de soutenir matériellement et moralement ces courageux bénévoles.

Témoignage de Chaplin, courageux galgo handicapé


Bonjour à tous,
Je m’appelle Chaplin. Moi aussi, je suis un galgo martyr. Certains se souviendront de moi ; j’ai été retrouvé tout jeune attaché à une benne à ordure près d’He
rencia, en Esp
agne. Tout bébé, j’ai eu la patte avant luxée et fracturée à hauteur du coude. Mes os se sont ressoudés ainsi et j’ai grandit comme ça. Une opération ne m’aurait pas permis de remarcher sur ma patte alors je me suis fait à cette idée.

Je parle au nom de tous mes frères et sœurs de cœur qui comme moi sont handicapés. Voilà, au premier abord, je choque souvent les gens qui me voient et ma famille entend quelquefois des réflexions désobligeantes ; mais nous, on s’en fout, ce qui compte, c’est que je suis un galgo comme les autres et j’ai énormément de reconnaissance pour ceux qui ont cru en moi. Je coure comme tous les lévriers, un peu moins vite, c’est vrai, car j’ai appris à me ménager et je n’aime pas prendre de poids. Nous les galgos, nous savons nous adapter surtout lorsque nous sommes aimés. J’ai une envie de vivre extraordinaire et lorsque les gens osent me caresser, ils me disent souvent que je leur donne une super leçon de vie. Je coure comme un fou dans les bois, je me fais pleins de copains et je croque la vie à pleines dents. Je suis très sportif et j’adore les randos. Je me suis entraîné et la dernière que j’ai faite ? 18 km… sans m’arrêter ; « ma mère » était obligée de me freiner !

Pour un sportif comme moi, contre les petites douleurs qui pourraient apparaître, je prends 5 gouttes d’harpagophytum de temps en temps (ce sont des plantes).

N’entendez pas les gens qui vous disent que les galgos handicapés vous donneront des soucis. J’écoute souvent ma « mère » qui me fait tout pleins de compliments (bon, des fois elle en fait un peu trop…) ; elle me dit que je suis le plus beau, le plus affectueux, le plus TOUT !

Mais en fait, elle m’aime tout simplement, et grâce à cet amour, à celui de ma Princesse Gala, une petite galga malheureuse qui est venue nous rejoindre il y a quelques mois, à mes autres amis, Bambou, Alf, Massaï…, je suis pleinement heureux. Croquer la vie à pleines dents me donne des ailes et je vole comme les oiseaux ; regardez-moi ! Est-ce que j’ai l’air handicapé ?

Allez, je vous laisse, il faut que j’aille faire mon boulot… de lévrier ; je suis gardien des lieux et aucun oiseau ne doit se poser chez moi ! Ils me donnent vraiment beaucoup de travail ces oiseaux…

Lorsque j'ai écris ce texte, j'avais 3 ans, aujourd'hui, j'ai 8 ans et je n'ai pas changé. Les oiseaux n'ont qu'à bien se tenir et ne pas traverser les prairies de ma maison. Ils sont les bienvenus s'ils se posent dans mon jardin.
Affectueusement,
CHAPLIN